Pune mi amor.

26 juin 2010

Welcome to India ...

P1030191

Mumbai vu d'en haut

Un tout petit retard de une heure pour le premier vol (Paris-Delhi) ; un deuxième avion (Delhi-Mumbai) à prendre à un terminal 12 km plus loin (surprise!), donc au passage une petite arnaque taxico-indienne (30 euros les 10 min de taxi pour nous amener au bon terminal ...), mais on est arrivés entiers à Pune bien que fatigués (j'ai presque fait une nuit blanche), et en moins de 24h ! Victoire !

(note : il n'y a que 3h30 de décalage ...)

Pas de pluie (à force d'entendre parler de la mousson, on s'attend à arriver dans l'eau !), mais une chaleur moite qui nous attendait. Mais les paysages luxuriants et les rues vertes de Pune redonnent le sourire ...

P1030201

Le taxi qui nous a emmenés à Pune et les paysages verts que nous avons traversés

Les premières expériences en voiture et richshaw (dont je n'ai pas encore de photo mais ça va venir) sont à la hauteur de leur réputation : les indiens n'utilisent pas leur cligno mais leur klaxon pour prévenir qu'ils doublent, les lignes au sol ne sont là que pour la déco, et le jeu consiste à zigzaguer joyeusement entre les autres véhicules (vélos, richshaws, 4x4, camions pleins d'indiens, scooters) pour les doubler, voire même à quitter la route pour aller plus vite ! Les piétons quant à eux traversent au milieu des voitures qui les contournent ...

P1030198

Les indiens dans les camions !

Repos à l'hôtel dans lequel je ne reste pas avec Déborah et Dimitri puisque je rejoins les trois punéites qui sont déjà là (squatt général chez Audrey qui a déjà son appart!) ; l'une d'entre elle (Aurore, avec qui l'on a prévu de s'installer ensemble) a trouvé un appart avec 3 chambres, pour nous deux et des étudiantes étrangères. Vivement demain qu'on aille signer le bail et surtout que je le voie, mais on n'emménagera que dans quelques jours ...

Au programme pour les jours suivants : chercher des colocs étrangères, s'inscrire à l'université, s'enregistrer auprès de la police, et commencer à connaître Pune ! Il paraît que les cours ont déjà commencé, mais ça reste toujours très flou ... On en saura plus lundi !

Posté par coco_boheme à 19:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 juin 2010

Premiers pas

P1030244

Les fameux rickshaws !

  Petit moment de panique hier devant l'immensité de l'inconnu que je ne connais pas (forcément), l'accent indien plutôt incompréhensible n'aidant pas (!) mais aujourd'hui "je vais bien, tout va bien" !
  On devait ce matin payer le premier loyer pour notre appartement, et récupérer les clés, mais à l'agence, mauvaise surprise : le propriétaire ne veut pas que l'on se mélange avec des étrangères et surtout pas des indiennes par peur que les différences culturelles ne posent un problème. Apparemment, il prend vraiment les Occidentaux pour des débauchés, insistant lourdement sur l'alcool et les fêtes, mais aussi sur les garçons (et ça fait plusieurs fois que l'on entend parler de ce dernier point : ici, pas question qu'on garçon dorme chez une fille à moins d'être de la famille ou le mari, et ils ont l'air de penser que les filles françaises ramènent un garçon différent tous les soirs!) mais après beaucoup de négociations et la promesse de respecter les social rules, il est à nous. Il est parfait à tous points de vue (situé près de l'université, pas trop cher, très propre, immeeense, avec chambres individuelles pour Aurore et moi + une chambre et éventuellement le salon pour des étrangères, avec une jolie vue) mis à part le fait qu'il n'est pas encore meublé (on n'emménagera que quand on aura des matelas ...).

  Les restaus sont très bons et comme prévu à 1 ou 2 euros le repas ; tout est dépaysant, nous ne croisons pas d'Occidentaux (ce qui nous vaut de longs regards de la part des Indiens, puisque nous sommes une espèce rare !), les traversées de rues sont folkloriques, les discussions en mode "ça ne sert à rien de me parler, je ne comprends pas l'hindi " aussi ...
  Seuls hics, les moustiques (qui attaquent le moindre coin de ma peau non enduit de crème) ! Mais aussi les enfants à qui l'on ne veut pas donner d'argent parce que "ça les incite à la mendicité" mais qui nous poursuivent dans la rue pour quelques pièces, et finissent par devenir agressifs ...
  Le dépaysement, c'est bien, mais ça fait aussi du bien d'être 6 français et de se retrouver pour dîner ensemble :) donc fin de journée très sympa, et je vais profondément dormir cette nuit, après la journée passée dehors, à pied et en rickshaw !

P1030203

P1030212

Posté par coco_boheme à 22:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
30 juin 2010

Choc culturel : premières observations

P1030205

Trouvez le détail qui cloche ...

 

- le dodelinement de la tête est assez mythique : pour dire oui, les indiens secouent la tête en la basculant de droite à gauche, en fermant à demi les yeux ; on se demande pendant un dixième de seconde pourquoi il nous répond "humm ça pourrait se faire, je vais voir" avant de comprendre qu'il a simplement acquiéscé.

- sur les "chantiers" (les pavés de la rue du Fergusson College qui sont en train d'être démolis), les enfants mais aussi les bébés de un an sont au milieu des pierres, ou  dans un hamac fait d'un bout de tissu, accroché entre un arbre et le mur, et laissés sans surveillance

- le temps à l'indienne : pour 10 minutes d'annoncées, compter 40. Pour une demi heure, compter une heure de plus.

- la peau blanche les fascine : beaucoup nous dévisagent avec un grand sourire, oubliant même de répondre à nos bonjours tellement on leur paraît incongrus. Notre agent immobilier nous a proposé de rentrer dans son business en lui trouvant des clients ... mais aussi en mettant notre photo sur les panneaux. Il paraît que les produits se vendent mieux et que les investisseurs investissent. D'ailleurs, la plupart des crèmes pour la peau vendues sont au moins en partie éclaircissantes...

- les garçons qui ne sont pas de la famille ou les maris sont formellement interdits dans les appartements de filles. Le proprio ne veut pas que les voisins jasent si nos copains viennent. L'agent nous propose donc de trouver un appartement pour eux le temps de leur venue. Sans commentaire ... (mais une des options, selon un des Indiens dont nous sommes devenus amis, reste d'acheter le silence des gardiens ! )

- les Indiens ne disent jamais qu'ils n'ont pas compris. Les conducteurs de rickshaws nous font signe qu'ils connaissent l'adresse, même s'ils ne connaissent pas ; les serveurs nous regardent lorsqu'on leur parle puis tournent les talons soudainement pour aller demander de l'aide à leur patron ; notre gardien d'immeuble continue imperturbablement de nous parler dans sa langue lorsqu'on lui parle anglais ; et quand nous sommes persuadées que l'agent immobilier a compris qu'on ne veut pas travailler pour lui, il nous redemande une 6ème fois si l'on a réfléchi à sa proposition ...

- nous devons laisser nos sacs à l'entrée de tous les supermarchés, voire se faire fouiller. Plan vigipirate mis en place depuis les récents attentats à Pune ?

- notre plante avec son pot + la "main d'oeuvre" (la mise en pot) ont coûté 4 euros. Le paquet de céréales 3.

- les serveurs servent. Je veux dire, ils versent l'eau dans les verres, servent les plats dans les assiettes et sont surpris lorsqu'on veut le faire soi-même. D'autre part beaucoup nous ont demandé si l'on allait prendre une "maid" pour le ménage, c'est courant ici ; les Indiens ont une culture du "service à la personne" très développée !

- ils n'ont pas le même sens de pudeur/honte/tabou que nous : si les garçons et les filles ne peuvent en aucun cas démontrer leur affection, les hommes se tiennent par contre la main ; les saris des femmes cachent leurs épaules et leur poitrine, mais pas leur ventre ; et ils n'ont aucun problème pour cracher, faire leurs besoins sur le bord de la route ou se curer le nez dans la rue... Comme quoi, tout sentiment de honte ou de pudeur est culturel.

- ils utilisent l'espace de façon maxi-maximale : alors que l'on croit n'acheter que quelques pinces à linge, on se rend compte que les 10m carrés de la boutique renferment aussi des télés, des multi prises et des plaques chauffantes, ainsi que tout ce qui peut être utile dans la maison ... et que certaines arrières boutique regorgent de trésors auxquels il est difficile de ne pas succomber ! (n'est-ce pas Aurore ?!)

 

P1030255

01 juillet 2010

Emménagement - entre désillusions et petites victoires ...

  Depuis 2 jours, Aurore et moi connaissons des hauts et des bas : pour le dire en deux mots, la paperasse, c'est la galère (ok ok ça fait plus de deux mots ... il est trop tard pour que je compte ...) et encore je n'ai connu que celle de l'agence. Je n'ai pas encore testé celle de la police, chez qui nous devons nous enregistrer (quoique nous avons fait un long aller-retour pour que l'on nous dise de revenir avec l'owner de l'appart) ni celle de l'université. Notre agent a une conception du temps bien particulière : lorsqu'il nous promet quelques chose pour le jour même, il faut AU MOINS attendre le lendemain, voire le surlendemain pour l'avoir ; quand il nous dit qu'il arrive dans 10 minutes, on attend une heure ; parfois, il débarque à l'improviste ; et lorsque nous ne sommes pas là à l'heure indiquée, il n'est pas content ... Et encore, il est très serviable, étant donné qu'il est amoureux d'Aurore et la trouve la "most biutiful gal in ze wold" !

  Mais nous avons eu les clés, signé le bail, nous avons des matelas, et nous avons trouvé la plupart des ustensiles. Nous qui cherchions en vain de grands supermarchés, il suffisait de regarder dans les mini boutiques qui se multiplient sur les bords des routes : pharmacies, épiceries, "xerox" (c'est une marque de photocopieuse mais tout le monde utilise ce mot pour dire photocopie, à tel point que c'est devenu un verbe !), légumes, ustensiles pour la maison ... Des hommes assis dans la rue ou dans une mini cabane proposent aussi de copier des clés, recoudre des vêtements ou les repasser, et de boire du chai (thé indien avec du lait, du sucre et des épices) debout ! Il ne nous manque plus qu'à meubler notre salon et le frigo ; il manque quelques meubles dans la dernière chambre, mais nos futures colocs la rempliront ...
  Avoir internet a également été un grand soulagement aujourd'hui ! Nous n'avons pas testé la wifi, mais nous avons pris une clé internet chacune qui marche très bien.
  Une grande victoire a été la plante verte du salon, avec laquelle nous avons effectué une session photo, fières de notre première déco :

IMG_0236

P1030239

Sinon, en vrac :

* Même si la plupart des Indiens ne baragouinent quelques mots d'anglais, nous avons l'occasion de le parler avec quelques personnes, et je sens que je prends confiance en moi et que j'apprends du vocabulaire utile. Ce qui au bout de 4 jours est plutôt bon signe.
* La plupart des gens que nous rencontrons ne sont
pas très accueillants, pas forcément désagréables mais plutôt "neutres" envers nous, quand ils ne nous regardent pas comme des bêtes étranges ; mais nous faisons de temps en temps des rencontres qui nous redonnent le sourire :) il suffit d'une fleuriste gentille et d'un vendeur très sympa avec qui nous discutons pendant une heure pour que tout devienne plus simple ...
* Le
bruit est omniprésent, notamment celui des klaxons, les odeurs (souvent surprenantes et la plupart du temps désagréables, puisque les poubelles ... n'existent pas en fait) aussi ; et la pollution nous oblige à se couvrir le nez de tissus lorsque nous sommes dans les rickshaws : nous sommes au niveau de pots d'échappement des voitures...
* Il fait
chaud, ça on le savait, mais le temps est plutôt nuageux, ce qui est plutôt positif puisque ça nous évite le soleil qui tape ! Par contre, la mousson n'a pas commencé.
* Les
prix sont presque toujours très bas, sauf en ce qui concerne la technologie ; difficile cependant d'établir un budget, on dépense souvent des petites sommes, surtout pour la nourriture et les richshaws ...

  Le groupe "Sciences Po" est très sympa, nous sommes pour l'instant 6 sur 8 à être arrivés, et tout se passe très bien, on se retrouve souvent pour manger et sortir le soir ; ce soir un indien avec qui nous sommes devenus amis, Abhijit (il travaille à l'agence) et son meilleur ami nous ont proposé d'aller dans un bar ; et oui, on peut aussi sortir en Inde ! Mais tout ferme à 23h, il faut être VIP pour continuer la soirée dans l'arrière-boutique ...

 


Posté par coco_boheme à 01:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
02 juillet 2010

Séance de cinéma

Abhijit, nous a emmenés voir un Bollywood qui vient tout juste de sortir, "I hate luv storys" (oui oui c'est bien comme ça que c'est orthographié).

i_hate_luv_storys_movie_online

  Enfin c'est un peu un "anti" Bollywood puisque ça raconte l'histoire d'une femme qui aime les histoires d'amour, et d'un homme qui travaille à Bollywood ... mais déteste les histoires d'amour. Bref. C'était en hindi donc un peu la galère pour comprendre les jokes, même si l'histoire était facilement compréhensible ... Et puis on avait parfois un petit indice sur le thème de la conversation, puisqu'ils utilisent beaucoup d'expression en anglais, parfois même des mots en plein milieu d'une phrase !

  On a pu remarquer pendant le film que les acteurs principaux n'étaient absolument pas représentatifs de la population indienne : ils ont tous la peau claire, la plupart ont les yeux clairs aussi, et ils n'ont pas les traits aussi marqués que le commun des indiens. De plus, ils s'habillent à la mode occidentale : décolletés et jupes courtes pour les filles, chemises et t-shirts colorés à l'occidentale (et non pas beiges) pour les garçons, alors que les 2/3 des femmes indiennes s'habillent en sari, le reste en tunique + pantalon et très peu s'habillent en jean et t shirt (et aucune en décolleté !). Par contre, ils ne s'embrassent pas à la fin du film ... ils se prennent dans les bras !
Mais plus que le film c'est la séance en elle-même qui était intéressante : lorsque la lumière s'est éteinte, tout le monde s'est levé unanimement. Et l'hymne national a résonné dans la salle, accompagné par des images d'Indiens très dignes sur le sommet d'une montagne enneigée, images fournies par la marine nationale ... Mais ce n'est pas tout ! Nous avons aussi eu droit à une petite entracte au milieu du film, qui ne durait "que" 2h30 (c'est peu pour un Bollywood). Le plus surprenant était sans doute la réactivité des spectateurs : ils sifflaient et applaudissaient, éclataient de rire et commentaient à tout bout de champ pendant tout le film ! C'était assez drôle. Mais frustrant aussi quand la salle s'esclaffait mais qu'on avait pas compris la blague ... Ah non, plus étonnant encore, la fin : les portes ont été ouvertes 2 minutes avant la fin (donc le moment où les deux amoureux vont se prendre dans les bras après s'être tournés autour pendant 2 h et demi), et beaucoup de gens sont partis !

J'ai demandé à Abhijit pourquoi ils partaient avant : "parce qu'ils savent ce qu'il va se passer". Ah oui, vu comme ça ...

Posté par coco_boheme à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,